Assurance Internet
  • Slider 1
Le marché de la location de matériel a progressé ces 20 dernières années de plus de 80%, et pèse plus de 40 milliards d’euros* : outils de bricolage ou de jardinage, équipement pour bébé, électroménager, accessoires de mode, matériel de sport... Aujourd’hui tout ou presque peut se louer entre particuliers avec à la clef des économies pour le locataire et un complément de revenu pour le loueur. Quelle est la marche à suivre pour louer du matériel à un particulier ? Quelles sont les précautions à prendre pour éviter les litiges ? Quels sont les droits et obligations du loueur ? AvoCotés vous fournit des conseils sur cette nouvelle tendance de pratique collaborative.

*Source : www.insee.fr



Location de matériel entre particuliers : comment ça marche ?


Economique, pratique, écologique, la location de matériel entre particuliers est une formule qui séduit de plus en plus de français. Le constat est simple : pour le locataire, mieux vaut louer qu’acheter du matériel qui lui servira ponctuellement. Pour le loueur, gagner un peu d’argent est un bon moyen de rentabiliser son achat : le revenu potentiel moyen a été estimé à 150 euros par mois*, mais en louant plusieurs objets, il peut être bien plus élevé.

Cette démarche est en plus écologique puisqu’elle permet d’éviter la consommation à outrance. Enfin, ce mode de location de matériel est systématiquement géolocalisé. Ainsi, vous avez de grandes chances de trouver votre bonheur à côté de chez vous. Et par la même occasion de faire connaissance avec des voisins !

Voici comment fonctionne un site de location de matériel entre particuliers. Il peut toutefois y avoir des variantes selon les sites.

Location entre particuliers
*Source : Intérêts privés

L’inscription sur un site de location de matériels et d'objets entre particuliers

Avec le succès grandissant de cette pratique, on ne compte plus le nombre de sites collaboratifs spécialisés dans la location d’objets entre particuliers. Certains sont généralistes comme Allovoisins (1er acteur du marché), e-loue, Zilok, Sharinplace, Ilokyou, O’leaz, Tpkin, Ezilize, PlacedelaLoc, Mutum. D’autres sont plus spécialisés : bricolib, mamanlou, monjoujou, etc.

L’inscription sur ces sites de location de matériel ou d’échange de services entre particuliers en tant que loueur est simple. Elle est gratuite sur certains (Allovoisins, Elizize ou je-loue-tout), payante sur d’autres (Sharingplace, Zilok ou Placedelaloc).

En tant que loueur, vous devez fournir :
  • votre lieu d’habitation (tous les objets à louer sont géolocalisés) ;
  • la description de vos objets à louer ;
  • une ou plusieurs photos de chaque objet (valorisantes mais réalistes) ;
  • la durée de location et la disponibilité ;
  • le coût de la location ;
  • le coût de la caution à verser (une caution est toujours exigée).
En tant que locataire, vous devez simplement créer un compte sur le site.

Le fonctionnement des sites collaboratifs de location de matériel entre particuliers

Les sites de location de matériel entre particuliers fonctionnent selon deux modes :
  • soit les loueurs postent leurs annonces et les locataires prennent contact avec eux pour procéder à la location.
  • soit les locataires postent leur demande de location et les loueurs intéressés prennent contact avec eux.
Lorsque la location est finalisée, le loueur doit payer en ligne la totalité du montant au loueur. Parfois seul un acompte est exigé, le solde devant être réglé le jour de la location. Le paiement est sécurisé et se fait soit par carte bancaire soit par paypal.

Chaque site se rétribue en prenant une commission sur le coût de la location, généralement comprise entre 5 et 30 %. Seul Allovoisins, site d’entraide entre voisins, ne prélève pas de commission : c’est un service gratuit d’échange entre voisins qui souhaitent louer ou revendre entre eux tout type d’objets et services.


Quelles sont les précautions à prendre avant de louer du matériel à un particulier ?


Avec Internet, tout est simple et rapide, mais pour éviter les mauvaises surprises (matériel endommagé, matériel non rendu, caution non restituée, etc), mieux vaut prendre un minimum de précautions.

Le contrat de location de matériel entre particuliers

Toute location de matériel entre particulier doit faire l’objet d’un contrat de location. Ce contrat doit spécifier :
  • La description du bien mis en location ;
  • Son état général ;
  • Ses conditions d’utilisation ;
  • Le tarif journalier et la durée de la location ;
  • Le montant de la franchise à payer en cas de dégradation ou de vol.
Le contrat doit être signé le jour de la location par les deux parties, le loueur et le locataire.

La caution ou dépôt de garantie avant la location d’objets

Si vous êtes loueur, exigez le paiement d’une caution avant la location (empreinte bancaire le plus souvent, parfois chèque). La caution correspond généralement au montant de la valeur du matériel. Elle sera débitée en cas de problème au moment de la restitution ou en cas de non-restitution.

L’assurance contre les dommages matériels

Si vous êtes locataire, privilégiez les sites proposant une assurance contre les dommages pouvant survenir au matériel de location. Vérifiez directement sur le site les garanties offertes par le partenaire assureur : le nom de l’assureur et ses Conditions Générales de Vente sont en principe toujours détaillées.

Les sites offrant le maximum de garanties sont payants ou bien facturent les garanties telles que l’assurance dommages matériels (comptez jusqu’à 20 % de coût supplémentaire). Nous vous recommandons de privilégier les sites intégrant une assurance. En effet, lorsque les sites sont 100 % gratuits, votre protection risque d’être moindre.

En revanche, sauf exception, l’assurance Multirisque Habitation (MRH) ne couvre pas le vol de bien loué (vérifiez votre contrat). Alors, un bon conseil, ne laissez pas sans surveillance le matériel que vous louez.

BON A SAVOIR : mon assurance responsabilité civile ou ma carte bancaire haut de gamme couvrent-t-elle le matériel de location entre particuliers ? 

Dans le cas d’une location d’objets entre particuliers, votre assurance responsabilité civile (incluse dans votre assurance Multirisques Habitation) ne couvre que très rarement les dommages occasionnés au matériel loué. Vérifiez votre contrat.

De même, les cartes bancaires premium comme Visa Premier ou Gold Mastercard ne couvrent pas la location de biens entre particuliers.

La vérification de l’état de l’objet loué

Au moment de retirer le matériel chez le loueur, il est conseillé de vérifier son état général et son bon fonctionnement. Le loueur doit vous fournir :
  • un mode d’emploi ;
  • les accessoires nécessaires au fonctionnement de l’objet.
Vous devrez veiller à bien respecter les conditions d’utilisation.

Privilégiez le matériel comportant le marquage CE (conforme à la législation européenne) et les marques ayant une bonne réputation.

Location ou échanges d’objets entre particuliers : que faut-il déclarer ?

N’oubliez pas le fisc, sinon lui risque de ne pas vous oublier ! En tant que loueur, vous devez déclarer vos gains à l’administration fiscale et êtes imposable dès le premier euro gagné.

Depuis le 1er janvier 2019, les plateformes de mise en relation entre particuliers ont d’ailleurs l’obligation :
  • de transmettre aux services fiscaux les revenus encaissés par leurs utilisateurs.
  • de transmettre à leurs clients un récapitulatif annuel des revenus obtenus.

Si vos recettes annuelles sont inférieures à 7.946 €, vous n’aurez pas de charges sociales à payer. Au-delà, vous devrez en acquitter auprès de l’URSAFF.

Pour en savoir plus, consultez la Foire Aux Questions de la plateforme que vous souhaitez utiliser. En effet, les plateformes collaboratives ont l’obligation de renvoyer vers des fiches pédagogiques du ministère de l’Economie et des Finances détaillant la façon dont les revenus doivent être déclarés.


Location de matériel entre particuliers : les recours possibles en cas de litige


Les sources de litiges sont nombreuses et variées dans ce type de pratique. Voici les plus courantes :

Vous êtes loueur et constatez que :
  • le locataire n’a pas restitué l’objet ou l’a restitué avec plusieurs jours de retard ;
  • le locataire a endommagé l’objet;
  • le locataire s’est fait voler l’objet ;
  • le locataire vous a remis un chèque en bois pour la caution.
Vous êtes locataire et constatez que :
  • le loueur a annulé la réservation au dernier moment ;
  • le loueur vous accuse d’avoir abîmé son bien ;
  • l’objet est défectueux ou est tombé en panne pendant la location ;
  • l’objet a occasionné une blessure à vous ou à un tiers à cause de son mauvais fonctionnement.

Privilégiez la médiation du site collaboratif

Passer par une plateforme collaborative pour la location de matériel présente un avantage : en cas de litige (par exemple, la non-restitution du matériel), la plateforme jouera le rôle de médiateur entre les deux parties pour régler le conflit à l’amiable. Vous devez avant tout privilégier la médiation pour résoudre votre litige.

N’oubliez pas non plus que chaque partie est évaluée sur le site et que des avis positifs mettent en confiance les internautes – et des avis négatifs suscitent la méfiance ! Il n’est donc pas dans l’intérêt du loueur ou du locataire de récolter une mauvaise évaluation suite à un litige non résolu.

Si la médiation n’aboutit pas, vous pourrez porter l’affaire devant un tribunal. C’est le Tribunal d’Instance du lieu de signature du contrat qui sera compétent. Sachez toutefois qu’une procédure judicaire est longue et peut s’avérer coûteuse si vous devez recourir à un avocat.

L’intérêt de souscrire une assurance spécifique pour résoudre vos litiges

Location du matériel de jardinage, d’ordinateur, de jouets ou de robe de soirée... Aujourd’hui, en adoptant le réflexe de la location plutôt que l’achat, vous pouvez réaliser des économies conséquentes grâce aux plateformes de mise en relation entre particuliers. Mais il faut être conscient que ces plateformes vous exposent à une multitude de litiges potentiels entre loueur et locataire. Et obtenir gain de cause auprès du loueur ou du locataire avec lequel vous êtes en conflit peut s’avérer un véritable parcours du combattant.

C’est pourquoi AvoCotés a créé une assurance spécifique pour couvrir les risques liés à l’usage d’Internet. Avec AvoCotés assurance Internet, vous bénéficiez d’une protection très étendue pour de nombreux litiges en lien avec Internet : usurpation de votre identité, cyber-harcèlement, problèmes lors d’un achat en ligne, escroqueries... Vous bénéficiez de l’expertise d’un juriste qui prend en main votre dossier et défend vos intérêts. Et en cas de procès, vos frais de justice sont pris en charge jusqu’à 10.000 €.

Vous n’êtes pas encore assuré ? Sachez que seuls les litiges survenant après la prise d’effet du contrat sont couverts. Si, comme la plupart des Français, vous avez un usage régulier d’Internet, le plus prudent est de souscrire... sans plus attendre ! Pour quelques euros par mois seulement, vous garderez l’esprit serein, et ça, ça n’a pas de prix !

Vous souhaitez en savoir plus sur les avantages offerts par AvoCotés Assurance Internet ? Appelez gratuitement nos conseillers, ils répondront à vos questions.

Nos conseils

Voir tous les conseils

AvoCotés est une marque d’ADLP Assurances. Les informations que vous nous communiquez sont traitées par ADLP Assurances, responsable de traitement et titulaire de la marque AvoCotés, principalement aux fins de traitement de votre demande, d'études marketing et statistiques dans le but de vous fournir les offres les plus adaptées et pour recevoir ses meilleures offres par téléphone et/ou par courrier postal (sauf opposition de votre part) et/ou par courrier électronique (si vous l’avez expressément accepté). Pour ne pas être démarché téléphoniquement, vous avez la possibilité de vous inscrire sur la liste d’opposition au démarchage téléphonique Bloctel pour ne pas être démarché par téléphone par des professionnels avec lesquels vous n’avez pas de contrat en cours. Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement des données vous concernant, ainsi qu’un droit à la limitation et un droit d’opposition à leur traitement ou à leur cession à des tiers que vous pouvez exercer en Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. . Pour en savoir plus sur notre Politique de Données Personnelles et Cookies, cliquez ici.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour bénéficier de services et offres adaptés à vos centres d’intérêts. Pour en savoir plus et/ou paramétrer vos cookies, cliquez ici