Assurance Capital accident
  • Slider 1
Chaque année, on dénombre environ 910 000 accidents de sport*. Si les sports à risque (alpinisme, freeride, kitesurf, plongée sous-marine, parapente, parachute, etc) connaissent un succès grandissant, ils peuvent engendrer des accidents bien plus graves que les autres activités sportives : commotion cérébrale, perte d’un membre, paraplégie, tétraplégie, etc. Comment bien pratiquer un sport dangereux ? Comment être couvert en cas d’accident ?

*Source : Institut de Veille sanitaire



Quels sont les sports à risque


Les sports considérés comme sports à risque sont ceux qui provoquent le plus d’accidents, avec des conséquences potentiellement graves : séquelles irréversibles, invalidité permanente (même partielle), incapacité à travailler et dans les cas les plus dramatiques décès prématuré.

La liste des sports considérés à risque peut varier suivant les compagnies d’assurance. Voici ceux qui reviennent le plus souvent :

. Les sports de montagne : ski, snowboard, freeride (ski hors piste), bobsleigh, randonnée de haute montagne, escalade, alpinisme, speed riding (mélange de parapente et de ski) ;
. Les sports nautiques : surf, kitesurf, canyoning, rafting, plongée sous-marine, cliff diving (plongeon de haut vol), kayak, voile, catamaran.
. Les sports aériens : ULM, deltaplane, parapente, pilotage d’avion ou d’hélicoptère, planeur, parachutisme, wingsuit (vol en combinaison en forme d’ailes), saut à l’élastique. Les sports de saut doivent être encadrés avec une sécurité renforcée.
. Les sports équestres : équitation, saut d’obstacles, rodéo ;
. Les sports de combat : boxe, judo, karaté, arts martiaux mixtes ou MMA (mélange d’arts martiaux et de sports de combat) qui peuvent provoquer des chutes et des chocs violents;
. Les sports mécaniques : karting, course automobile, rallye, moto ;
. Les autres sports : chasse, safari, pêche en mer, spéléologie.

Conseils pour bien pratiquer les sports extrêmes


Les sensations fortes sont souvent le but recherché dans la pratique des sports à risque. Ces sports impliquent une préparation rigoureuse, de l’entrainement et un bon sang froid.

. Rendez-vous chez un médecin pour vérifier que vous n’avez
pas de contre-indication à la pratique (comme par exemple un problème cardiaque) et qu’il vous fournisse un certificat médical adapté ;
. Commencez par un bon échauffement physique ;
. Equipez-vous avec le matériel requis, adapté à votre niveau ;
. Effectuez votre apprentissage en prenant des cours et en participant à des stages de perfectionnement ;
. Si vous ne pratiquez pas régulièrement, faites-le avec un encadrement (professeur indépendant, club, association) ;
. Respectez les règles de sécurité et ne prenez pas de risques démesurés ;
. Soyez patient. Ne cherchez pas à atteindre à tout prix le niveau supérieur par une pratique intensive et non sécurisée ;
. Côtoyez des professionnels, vous apprendrez plus vite.
. Adoptez une attitude raisonnée : écoutez votre intuition, évaluez le risque, restez prudent.

Sport à risque : souscrire une assurance pour être protégé en cas d’invalidité


Si vous pratiquez un sport à risque en individuel, la Responsabilité Civile de votre assurance multirisques habitation (MH) prendra en charge les dommages que vous pouvez causer aux autres. Certains sports dangereux peuvent toutefois être exclus (sports aériens, plongée, etc) de votre contrat. Vous devez dans ce cas faire ajouter une extension de garantie.

Si votre pratique a lieu dans le cadre d’une association sportive ou d’un club, son assurance Responsabilité Civile (obligatoire) couvre les dommages que vous pouvez causer aux autres.

En revanche, étant donné la gravité des accidents qui peuvent survenir avec les sports à risque, il est fortement recommandé d’avoir souscrit un contrat couvrant vos dommages corporels si vous vous blessez seul.

BON A SAVOIR : le cas particulier de la licence sportive.

Si vous pratiquez un sport dans le cadre d’un club affilié à une fédération sportive, celle-ci est dans l’obligation de vous proposer une adhésion à son contrat collectif d’assurance de personnes. Cette assurance vous garantit une protection en cas d’accident grave : frais de rapatriement, frais d’hospitalisation, perte de revenus (une indemnité journalière vous est versée), invalidité partielle ou totale sont pris en charge.

Lire également
« L’assurance de mon association sportive me couvre-t-elle en cas d’accident ? ».


Les garanties « Accidents de la vie » (GAV)

Les contrats « garantie accident de la vie » (GAV) sont adaptés aux risques d’accident graves. Ils offrent généralement des garanties à la victime à partir d’un taux d’invalidité compris entre 10 et 30 %. Mais ils présentent plusieurs inconvénients :
. Les GAV sont des contrats indemnitaires : on ne connaît pas à l’avance le montant de l’indemnisation. En 2015, le montant moyen d’indemnisation atteignait seulement 8 534 €*, ce qui reste peu élevé.
. Ce type de contrat ne cumule pas votre indemnité avec les prestations déjà payées par d’autres organismes comme la Sécurité sociale ou votre employeur.
. Le traitement du dossier de l’assuré est souvent très long car l’assureur va évaluer tous vos préjudices.

En effet, ce type de contrat indemnise le préjudice subi (physique et moral) : perte de salaire, déficience physique, adaptation du logement et du véhicule, préjudice esthétique ou encore préjudice d’agrément (par exemple l’impossibilité de pratiquer une activité telle que le sport ou jouer d’un instrument de musique). Attention, la compétition sportive ainsi que certains sports dangereux comme la plongée sous-marine sont fréquemment exclus des GAV. Vérifiez bien le contrat qu’on vous propose.

* Source : Fédération Française de l’Assurance

Les garanties « Individuelles Accidents »

Les garanties « individuelles accidents » constituent une bonne protection en cas d’accident grave entraînant une incapacité définitive. Ce type de contrat présente plusieurs avantages :
. Votre indemnisation est forfaitaire et son calcul est simple. Par exemple, si vous avez souscrit pour un niveau de garantie de 100 000 € et que votre taux d’invalidité est estimé à 50 %, vous toucherez un capital de 50 000 €.
. Vous êtes indemnisé à partir d’un taux d’incapacité autour de 10 %, ce qui inclut des dommages corporels moins graves comme par exemple une perte d’audition.
. Vous bénéficiez de services d’assistance pour gérer plus facilement votre vie quotidienne : aide ménagère, garde d’enfants ou de parents, garde de votre animal de compagnie.

Avec le contrat AvoCotés Capital Accident, vous percevez un capital forfaitaire jusqu’à 200 000 € pour faire face à des dépenses lourdes ou à une perte de revenu, en cas d’invalidité permanente, même partielle, consécutive à un accident. La grande majorité des sports à risque est couvert par ce contrat, à l’exception des pratiques les plus dangereuses (sports aériens, courses de véhicules à moteur) et la pratique à titre professionnel.

La garantie AvoCotés Capital Accident vous intéresse ? Appelez gratuitement nos conseillers pour en savoir plus.

Découvrez nos autres offres

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour bénéficier de services et offres adaptés à vos centres d’intérêts. Pour en savoir plus et/ou paramétrer vos cookies, cliquez ici