Cyber-harcèlement : mieux l’identifier pour mieux le combattre

Menaces, rumeurs, moqueries, insultes, publication de photos ou vidéos dégradantes, piratage de compte, usurpation d’identité numérique… L’utilisation massive des réseaux sociaux, notamment par les adolescents, s’est accompagnée d’une augmentation inquiétante des cas de cyber-harcèlement. 40 % des élèves avouent d’ailleurs avoir subi une agression en ligne*. Comment identifier le risque d’harcèlement sur Internet ? Comment le prévenir ? Comment le combattre ? Le point sur ces questions avec AvoCotés.

*Source 20 Minutes

Quelles sont les formes de cyber-harcèlement ?

Le cyber-harcèlement, ou cyber-bullying en anglais, est une forme de harcèlement qui utilise les réseaux sociaux (Facebook, twitter), les messageries instantanées, les chats, les sites de partage de photographies, etc, comme moyen de communication. Les sites les plus à risque sont ceux dédiés au partage de photographies ou de vidéos, comme Snapchat, Instagram ou Youtube. Ce harcèlement en ligne peut prendre des formes très variées.

En général, le harcèlement en ligne regroupe plusieurs formes de harcèlement pratiquées simultanément sur Internet. Non seulement il se propage vite et massivement sur la toile, mais il laisse des traces durables souvent difficiles à effacer, même après la fin du harcèlement.

Le harcèlement est un phénomène qui a toujours existé. Le fait que les harceleurs choisissent Internet pour sévir s’explique par plusieurs causes :

Les conséquences pour la victime peuvent être graves : elle est envahie par un sentiment de détresse qui augmente lorsque le phénomène persiste. Dans les situations les plus extrêmes, certains jeunes ont même des pulsions suicidaires. Le cyber-harcèlement a également des conséquences sur la vie scolaire, la vie professionnelle et la vie familiale : isolement, perte de confiance en soi, frustration, dépression.

Le cyber-harcèlement : que dit la loi ?

La définition du harcèlement sur Internet

Le cyber-harcèlement consiste à utiliser les nouvelles technologies d’information et de communication (applications, réseaux sociaux, jeux vidéo, blogs, forums, messageries, etc.) pour intimider ou humilier une personne de façon répétée. Les moyens utilisés pour dégrader l’image de la victime peuvent être des commentaires, des images ou montages d’images ou des vidéos. Ce harcèlement est le plus souvent moral ou sexuel.

Le cyber-harcèlement est puni par la loi

Puni par la loi du 4 août 2014, le cyber-harcèlement (ou cyberintimidation) est le « fait de harceler une personne par des propos ou comportements répétés ayant pour objet ou pour effet une dégradation de ses conditions de vie se traduisant par une altération de sa santé physique ou mentale ». Pour être reconnu comme tel, ce type de harcèlement doit s’effectuer via les messageries électroniques ou les réseaux sociaux. Les propos dégradants peuvent être publics (par exemple sur un forum) ou privés (par exemple sur la messagerie d’un réseau social).

Lorsque l’auteur du cyber-harcèlement est majeur, il s’expose à une peine de deux ans d’emprisonnement et à 30 000 euros d’amende. Mais si la victime a moins de 15 ans, la peine maximale est portée à 3 ans de prison et 45 000 euros d’amende.

Lorsque l’auteur du cyber-harcèlement est un mineur de plus de 13 ans, il risque au maximum un an de prison et 7 500 euros d’amende si la victime a 15 ans, et jusqu’à 18 mois de prison et 7 500 euros d’amende si la victime a moins de 15 ans.

Il existe également des règles spécifiques applicables aux mineurs de moins de 13 ans. Quel que soit l’âge de l’auteur mineur d’un harcèlement en ligne, ses parents sont responsables civilement et devront indemniser les parents de la victime.

Les hébergeurs (d’un réseau social, d’un forum, etc) peuvent également être mis en cause s’ils ont eu connaissances des messages publiés et ne les ont pas supprimés rapidement.

Depuis le 5 août 2018, le texte de loi a été renforcé afin de pénaliser les raids numériques : il s’agit d’un harcèlement sexuel ou sexistes commis par un groupe d’internautes dans le but de tourmenter une victime. Récemment, la « Ligue du LOL », un cas de cyber-harcèlement perpétré par des journalistes, publicitaires et graphistes, a été identifiée comme un raid numérique.

Comment prévenir le risque de harcèlement sur Internet ?

Adoptez les bons réflexes de prévention qui peuvent vous éviter d’être victime de cyber-harcèlement :

« BON A SAVOIR » : pour connaître les applications les plus dangereuses pour vos enfants, vous pouvez consulter le site Le VPN qui en a dressé une liste exhaustive.

Comment détecter le cyber-harcèlement chez les jeunes ?

Les enfants et les adolescents sont des proies particulièrement faciles, d’autant qu’ils ont tendance à exposer leur vie privée plus naturellement que les adultes. Ils sont aussi très exposés aux moqueries et discriminations en milieu scolaire.

Vous devez d’abord écouter votre enfant sans le juger. Pour évaluer la situation, demandez à votre enfant et au harceleur d’expliquer clairement les faits.

France 2 a ainsi recueilli le témoignage de Mathilde (son prénom a été changé), une jeune fille de 13 ans mise à l’écart à l’école par ses copines : mots anonymes, brimades, insultes. Espérant se rendre plus populaire en chatant avec elles sur les réseaux sociaux, elle a subi encore plus d’humiliation et d’intimidation au point de penser à en finir. Fort heureusement, ses parents ont découvert l’origine de son mal être avant qu’il ne soit trop tard. Mais ce n’est malheureusement pas toujours le cas.

Lutter contre le cyber-harcèlement avec une assurance Internet.

Le cyber-harcèlement est devenu un véritable fléau, notamment chez les jeunes. Il est d’ailleurs plus durement sanctionné quand la victime du harcèlement a moins de 15 ans.

Pour faire face à ce risque, ainsi qu’aux autres risques liés à l’usage d’Internet, Avocotés a créé une assurance destinée à protéger toute la famille, les parents mais aussi leurs enfants : AvoCotés Assurance Internet.

En cas de cyber-harcèlement, AvoCotés fait intervenir une société spécialisée dans l’e-réputation qui procédera à la suppression du contenu dégradant. Puis, à défaut, le contenu sera enfoui en le faisant disparaître des premières pages des moteurs de recherche.

Mais cette assurance très complète vous protège également dans d’autres cas :

Un juriste spécialisé est chargé de défendre personnellement votre dossier. Et vos frais de justice sont pris en charge jusqu’à 10.000 € si vous devez aller devant les tribunaux.

Vous et votre famille avez, comme la plupart des français, un usage quotidien d’Internet ? Pour votre tranquillité, pensez à vous assurer rapidement car seuls les litiges survenant après la prise d’effet du contrat seront couverts.

Vous souhaitez en savoir plus sur l’assurance Internet d’AvoCotés ? Appelez gratuitement nos conseillers, ils répondront à vos questions.

JE DÉCOUVRE L'OFFRE ASSURANCE INTERNET